Agro-Environnement

Journée de l’arbre au Togo : « Oui, je plante un arbre et après ? »

Après une période de sécheresse chronique qui a frappé le Togo en 1977, feu Gnassingbé Eyadema alors Président au Togo a consacré le premier jour du mois de juin de chaque année comme étant la journée nationale de l’arbre. Ceci, dans le but de lutter contre l’avancée du désert, protéger l’environnement et favoriser la multiplication de nouvelles espèces végétales dans le pays. Il y a maintenant 40 ans. Que sont donc devenus ces milliers de plants mis en terre jusqu’à aujourd’hui ?

40 ans de promotion « d’un geste pour sauver la terre », 40 ans de protection de l’environnement : pour quel résultat ? Selon André Johnson, ministre togolais de l’Environnement et des Ressources Forestières, « des efforts ont été faits depuis 40 ans mais des défis restent encore à relever ». Cependant, en deux décennies, le taux de reboisement annuel a doublé : de 1000 hectares dans les années 1980 à 2000 en 2010. En dépit de cette progression, l’augmentation du rythme de déboisement anéantit les efforts entrepris à cause de la demande intérieure en bois de plus en plus en hausse.

En outre, beaucoup d’arbres ont été coupés dans le cadre des grands travaux d’infrastructures mais de jeunes plants n’ont pas été mis en terre en remplacement. A cet effet, le Togo s’est lancé de nouveaux défis en vue de réduire la pression humaine sur les espaces plantés, encourager la conservation, la valorisation et la diversité biologique ainsi que la gestion du couvert végétal pour redynamiser la couverture forestière du pays. Un programme national de reboisement a donc été initié dans le but d’aménager 300.000 hectares de forêt, 34.400 hectares de nouvelles surfaces plantées et 265.600 hectares de surfaces restaurées d’ici à 2021.

Commentaire d'article

Umalis