Politique

Togo: « un référendum pour obtenir les réformes au lieu d’un appel à la révolte », Abbas Kaboua

Depuis la lettre pastorale de la Conférence des Évêques du Togo du 26 avril, des voix s’élèvent au sein de l’opposition togolaise, appelant le peuple à prendre ses responsabilités  et à rester mobilisé pour  obliger le gouvernement à opérer des réformes. Abbas Kaboua président du Mouvement des républicains centristes (MRC) se dresse contre ce courant d’appel à la révolte mais estime plutôt que l’opposition doit préparer les esprits à accepter le référendum et à voter pour le « non ».

C’était la logique de M. Kaboua intervenant ce jeudi dans l’émission « Taxi Presse » de la radio Taxi FM. Selon lui, l’opposition parlementaire ne doit pas attendre que les réformes soient réalisées à l’Assemblée nationale. Il pense que c’est une perte de temps à cause de sa faible représentation à l’Assemblée nationale. « Ils savent que cela ne marchera pas. Sur 91 députés, l’opposition compte 27 et parmi ces 27, il y a encore des positions divergentes », a-t-il indiqué.

L’acteur politique togolais qualifie même ce que cette opposition est en train de demander de « diversion » et de « fonds de commerce » pour ceux qui veulent voir les réformes faites à travers l’institution parlementaire.  Il poursuit en ces termes que la meilleure manière d’obtenir les réformes est d’aller au référendum. Le nœud du problème selon lui se trouve dans la constitution de 1992 et dans la révision constitutionnelle de décembre 2002.

Il conclu en insistant sur le fait que seul le référendum conduira à des réformes. Et que l’opposition doit préparer les esprits à voter pour le « non ».

Commentaire d'article

Umalis