Développement Enquêtes / Interview

Bientôt le Sommet Israël-Afrique au Togo, qu’est devenue la Charte de Lomé ?

Sept mois déjà que la « Charte de Lomé » a sanctionné l’extraordinaire sommet international de l’Union africaine (UA) sur la sécurité et la sûreté maritime organisé par le gouvernement togolais en octobre 2016. Ce fut un évènement qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive mai aussi beaucoup d’argent estimé approximativement à plus de 10 milliards de Francs CFA. Un autre rendez-vous international est en cours de préparation. Il urge donc de s’interroger sur le précédent.

En effet, le Sommet extraordinaire de l’Union Africaine (UA) sur la sécurité et la sûreté maritime a suscité des polémiques et des interrogations auxquelles on peine à trouver de justes réponses plusieurs mois après son organisation. Les pays africains hôtes ont été presque contraints à honorer le rendez-vous, encore qu’il y a eu pression en vue de la signature du produit fini. A ce jour, le Togo reste le seul État à avoir déjà signé et ratifié la Charte de Lomé. Pourtant, au Togo, on en a fait une question de vie ou de mort en prenant des dispositions draconiennes de sécurité et de culture d’extrême nécessité.

La charte de ce sommet historique, est-elle destiné à moisir dans les tiroirs des pays ayant participé à son adoption ? Le gouvernement togolais avait pourtant soutenu avec véhémence que cette charte vise à réguler les actions entre les pays du continent en vue de lutter contre la piraterie et les trafics de drogue, d’armes et d’êtres humains sur les côtes africaines dans le cadre de la Stratégie africaine intégrée pour les mers et pour les océans à l’horizon 2050, adoptée en 2012 par l’Union Africaine. Pourvu que cela devienne une réalité.

Par contre, rappelons-nous qu’en Avril dernier, n’eût été l’apport technique et logistique du patrouilleur de l’ONG occidentale Green Peace, 7 bateaux battant pavillon chinois auraient sans inquiétude aucune effectué une pêche illégale dans les eaux ouest africaines. A quoi servent alors les sommets extraordinaires fabuleux dont le Togo est à l’affût par une diplomatie active, si ce n’est du pur exhibitionnisme ?

Commentaire d'article

Umalis