Politique

Togo/Réconciliation: la population de Bè pose ses conditions

Après les rencontres d’échanges dans les villes de l’intérieur du pays, le Haut commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN) a posé ses valises à Lomé commune ce mardi 30 mai. Awa Nana et sa suite ont rencontré la population de Bè, qui a posé des conditions pour que la réconciliation soit effective.

Au nombre des conditions posées par la communauté de Bè, d’abord un suivi médical à tous ceux dont les violences ont causé des soucis de santé et en second lieu, une enquête sur les présumés auteurs des drames de la lagune de Bè de 1990 et la tuerie de la place Anani Santos. La population a également exigé la restitution des terres  desquelles elle a été expropriée, et une garantie de non répétition. « Réconciliation oui mais il faut que le Haut Commissariat arrive aussi à satisfaire nos doléances pour que les cœurs soient entièrement épurés de colère et de haine », a indiqué Teko Lawson.

Pour la garantie de non répétition, la population de Bè  estime que seules les réformes institutionnelles et constitutionnelles pourront faire objet de garantie. « Nous voulons les réformes. Elles seules peuvent nous garantir que ces différentes violences ne vont plus se répéter », a mentionné Issifou Bellow.

La présidente du HCRRUN a rassuré la communauté de l’engagement et de la responsabilité de l’État face à la situation. Elle a demandé néanmoins l’accompagnement de celle-ci, en acceptant premièrement les formes de réparation que l’État propose.

Commentaire d'article

Umalis