Développement

Togo/Les pays francophones de la CEDEAO s’unissent contre les fraudes électriques

Trouver des solutions contre des pertes non techniques enregistrées sur les réseaux électriques dans leurs pays, c’est l’objectif de cet atelier de réflexions des directeurs généraux des compagnies électriques des pays francophones de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

Il était question pour ces directeurs des compagnies électriques, de mutualiser leurs efforts et coordonner les différentes actions pour venir à bout de ce phénomène qui demeure pour les compagnies d’énergie, un enjeu entre l’achat, la production et la vente de l’énergie aux clients. L’idée est de parvenir à maitriser cette énergie non quantifiée, de manière à éviter une augmentation des prix de l’électricité à long terme.

Au plan national, la lutte contre les fraudes électriques a démarré depuis 1990, mais elle peine à aboutir avec l’apparition de l’énergie araignée. « La perte d’énergie, c’est ce que nous n’arrivons pas à quantifier. L’apparition dans les quartiers péri-urbains de l’électrification en toile  d’araignée, relance ce problème de perte. C’est pourquoi la CEET avec l’appui du gouvernement a lancé depuis un certain temps, de ramener ces clients sur notre réseau et de les rendre plus formels », a déclaré Paul Kakatsi Mawussi, Directeur général de la Compagnie énergie électrique du Togo.

Pour intensifier cette lutte, les experts ont réfléchi à des solutions pratiques pour chaque pays. « Après le rapport final, ils sont partis de manière pratique pour rechercher la solution pour chaque pays, ceci pour pouvoir réduire le maximum possible de perte », a indiqué le directeur du Centre d’Information et de Coordination du WAPP (CIC), Adéyémo Baba-Tundé.

 

Commentaire d'article

Umalis