Justice

Togo/justice: la détention abusive au cœur d’une rencontre à Lomé

La commission nationale des droits de l’homme (CNDH) a organisé ce vendredi 26 mai à Lomé, une rencontre avec au menu, le sujet de la détention abusive. Elle est initiée à l’endroit des magistrats, des officiers de police judiciaire et des acteurs de la société civile. Ces acteurs ont réfléchi aux stratégies et actions pouvant aider à la réduction des détentions provisoires trop longues.

Cette rencontre vise à trouver des voies et moyens pour qu’un détenu ne passe pas trop de temps en détention avant son jugement. « Il y a des interpellés qui n’ont même pas encore reçu la première rencontre avec un avocat mais qui restent en détention pendant un, deux, trois mois, voire un an. Nous trouvons que c’est excessif et c’est ce que nous voulons réduire », a déclaré Aliou Sam-Dja Cissé, président de la CNDH.

Les travaux de cet atelier ont été ouverts par le ministre en charge de la justice, Pius Agbétomey. Ce dernier a invité les participants à plus de promptitude dans l’exécution de leurs tâches (interrogatoires réquisitoires, rapport en cas d’appel et la transmission de dossiers entre juge). En fin, le garde des sceaux, les a exhorté à privilégier la liberté à la place de l’impunité. Et aux organisateurs de renchérir, ces mesures vont permettre de réduire la population carcérale au Togo.

Il faut préciser que, plusieurs associations de défense des droits de l’homme ont eu à aborder cette question de détention provisoire abusive.

Commentaire d'article

Umalis