Economie

Selon la BAD, la croissance du Togo a subi une baisse de 0,3% en 2016

Du rapport annuel 2016 de la Banque Africaine de Développement (BAD) publié en début de semaine, on note que le taux de croissance de l’économie togolaise a un peu régressé en 2016 passant à 5.0% alors qu’il était de 5,3% en 2015. Conçu en collaboration avec l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), ce rapport dresse l’état des lieux de la situation économique des Etats africains, notamment le Togo.

En effet, cette situation se justifie par « la contraction des investissements publics et le détournement du trafic portuaire vers d’autres ports de la région en raison de la stricte application au Togo du règlement numéro 14 de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) sur le contrôle de la charge à l’essieu ». En outre, l’apport de l’industrie extractive à la croissance du Togo a été minime et estimé à 0,2 point en 2016 contre 0,7 point en 2015. Par ailleurs, la situation est la même dans le secteur des bâtiments et travaux publics qui enregistre un apport de 0,5 point de croissance contre 0,8 en 2015.

En vue d’inverser la donne dans le secteur de l’économie, la BAD propose que l’Etat engage des réformes au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) du FMI ce qui devait permettre au Togo d’envisager une croissance de 5,1% en 2017. En plus, la FEC va également garantir au Togo la viabilité de sa dette à long terme ; dette passée de 48.6 % du PIB en 2011 à 76.0 % du PIB en 2016. Les réformes que l’Etat prévoit engager grâce au FEC vont lui permettre de baisser la dette publique. « Elle pourrait baisser de 76.0% du PIB en 2016 à 56.4 % à l’horizon 2021 », rapporte la BAD.

Commentaire d'article

Umalis