Agro-Environnement

L’ONG « les Amis de la terre » dit non à l’exploitation du pétrole au Togo

L’ONG « les Amis de la terre » a tenu du 23 au 25 mai dernier, son assemblée générale à Lomé. Elle a réuni, les membres de cette organisation venus de plusieurs pays d’Afrique entre autres, l’Afrique du sud, le Botswoana, le Nigeria, l’Ouganda, le Ghana et le Togo. Cette assemblée a pour but principal d’attirer l’attention des autorités togolaises sur les dangers liés à l’exploitation du pétrole.

Il s’agissait pour ces activistes en faveur de la protection de l’environnement, de faire un plaidoyer auprès des autorités togolaises afin de les amener à comprendre l’impact d’une exploitation pétrolière sur les populations au Togo. « Nous comptons faire un lobbying à l’endroit des autorités et les élus du peuple pour leur expliquer la situation qui suit très souvent l’exploitation du pétrole dans plusieurs pays, comme le Nigeria et le Ghana », a déclaré le Chargé de campagne à l’ONG les Amis de la terre Togo.

En 2010, le ministre des mines du Togo et le directeur d’une société italienne d’exploitation minière (INI), ont signé deux contrats pour l’exploration et la production d’hydrocarbures offshore du Togo, dans la localité de Déwoèvikopé (Baguida). C’est donc pour éviter une catastrophe environnementale dans cette contrée, qui sent déjà la menace à la porte, que l’ONG mène ce lobbying pour anticiper sur les conséquences que cela pourrait avoir sur  les populations.

Pour information, l’exploitation pétrolière pollue l’eau des populations locales, met un terme aux activités des pêcheurs, tue de milliers d’espèces aquatiques notamment les poissons de consommation courante.

 

Commentaire d'article

Umalis