Justice

Selon Afrobaromètre, seuls 37% des Togolais ont confiance en leurs tribunaux

Corruption, complexité des processus légaux, cherté des frais de recours à la justice, manque de conseils juridiques, longs retards des procédures juridiques : voilà en bref le diagnostic des maux dont souffre la justice togolaise révélés dans une récente étude réalisée par Afrobaromètre. Ces difficultés constituent des entraves majeures aux citoyens à la recherche de solutions à leurs litiges devant les tribunaux.

En effet, cette étude a été réalisée sur 36 pays africains dont le Togo. Selon le rapport, les disparités liées à l’accès à la justice dans les pays comme le Botswana, le Cap-Vert et Lesotho ne sont pas si alarmantes comme au Libéria et en Sierra Leone. D’une manière générale, les performances de la justice sont moins bonnes dans les pays les moins démocratiques et dans des situations post-conflictuelles. Toutefois, les Etats qui ont eu des résultats satisfaisants au cours de l’étude doivent faire mieux avant d’être conformes à l’appel de l’Objectif du Développement Durable No. 16 des Nations Unies qui porte sur « l’accès à la justice pour tous ».

L’étude d’Afrobaromètre relève que seulement 37% des Togolais accordent du crédit aux tribunaux contre une moyenne de 48% dans la sous-région ouest-africaine. Selon l’institut, cela s’explique par le niveau élevé de corruption. Ainsi, le Togo se classe au 7ème rang des 36 pays africains qui ont fait l’objet de l’enquête.

Commentaire d'article

Umalis