Economie Finance

Thomas Koumou revient sur l’accord de crédit FMI-Togo

Après sa dernière analyse sur la situation économique du Togo, suite à l’accord triennal signé par le Fonds monétaire international (FMI) et le Togo, dans le cadre de la Facilité Élargie de Crédit (FEC), le Président de « Veille économique », Thomas Koumou, revient à la charge ce mercredi avec une seconde analyse. Dans cette nouvelle analyse, l’économiste explique le Droit de Tirage Spécial (DTS) qui est en quelque sorte la monnaie du FMI, monnaie dans laquelle le crédit à été alloué pour le Togo.

La dernière fois je vous informais que notre pays le Togo à signé un accord de crédit dans le cadre de la Facilité Élargie de Crédit (FEC) avec le Fonds Monétaire Internationale (FMI). J’avais promis de revenir sur la signification du Droit de Tirage Spécial (DTS).

En effet, le 05 mai 2017, le conseil d’administration du FMI a approuvé un nouvel accord triennal avec le Togo au titre de la FEC, pour un montant total de 176,16 millions de DTS soit environ 241,5 millions de dollars américain.
Tous les crédits accordés par le FMI aux états membres, sont libellés en DTS qui sert d’unité de compte au FMI. Les crédits sont remboursés au fond en DTS. le DTS est indexé sur un panier de devises majeures notamment le dollar américain, l’euro, le yen japonais, la livre sterling et en septembre 2016 du renminbi chinois. Un système de pondération permet d’évaluer la valeur du DTS en fonction des cours de ces devises. Il faut préciser que ces devises sont choisies en fonction du poids de la devise dans les échanges extérieurs. La chine ayant fini par imposer sa monnaie au monde, par le volume de son commerce international, à intégré pour la première fois ce panier en 2016.

Dans le cadre du crédit accordé au Togo, il y aura dans un premier temps une conversion en dollar, en euro, puis finalement en FCFA si le crédit sera utilisé dans la zone CFA. Le remboursement passera certainement par le même cheminement.

Je voudrais profiter pour lever une certaine incompréhension sur le rôle des institutions de breton Wood (FMI, Banque Mondiale etc.). Il faut préciser que lorsque vous gérez bien votre économie, vous n’aurez jamais besoin de ces institutions. Mieux, lorsque vous réaliser des excédents au niveau de votre balance des paiements, vous pouvez créer un fonds souverain et l’indexer en partie sur les actifs du FMI en mettant des ressources en devises à la disposition du fonds. C’est la mauvaise gestion, la paresse et l’incompétence de nos gouvernants qui conduisent nos pays à recourir à ces institutions. Les rapports du FMI étant crédibles, ils servent de référence aux autres partenaires lorsqu’ils souhaitent nouer des relations économiques avec nos états. Ce sera dorénavant la posture que tiendra la Chine puisqu’elle vient d’intégrer le panier du DTS.

Le jour où nous aurons à la tête de nos pays des dirigeants de haute moralité et avertis sur le fonctionnement du monde et de leur pays, qui ne seront ni paresseux, ni incompétents, nos états seront mieux gérés. Les relations avec ces institutions seront différentes.

Puisse la Divine Providence veiller sur nous et marcher à nos cotés.

Dixit Thomas Dodji Nettey KOUMOU de la Veille Économique

Commentaire d'article

Umalis