Société

Togo / HCRRUN : La société civile déplore son exclusion du processus de réparation

Depuis la semaine dernière, le Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) est en tournée de sensibilisation à Lomé et à l’intérieur du pays avec à l’appui des échanges avec les populations togolaises sur la phase des réparations. Toutefois, la société civile togolaise se fait remarquer par son absence de cette initiative. C’est une situation que dénonce Ghislain Nyaku, Directeur exécutif du Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT).

« Le HCRRUN aurait gagné en efficacité si elle avait associé dans ses démarches la société civile, parce que nous sommes au contact des populations tous les jours. Là où je m’interroge, c’est qu’il y a plusieurs années de cela des gens sont en situation de vulnérabilité et vous allez leur dire que nous venons bientôt vous donnez de l’argent », déplore M. Nyaku, récemment nommé directeur à la tête du CACIT. « Le HCRRUN ferait mieux de coupler sa tournée avec l’accompagnement médical, prévu de longue date », renchérit-il.

Selon lui, la société civile est une composante non négligeable dans ce processus. Il serait bénéfique qu’un travail soit fait en amont avec des médecins afin de rassurer les victimes avant la distribution des fonds. C’est d’ailleurs une étape charnière que la responsable de HCRRUN et son équipe n’ont pas pris en compte.

Commentaire d'article

Umalis