Sécurité Société

Transhumance au Togo: le MMLK alerte sur des tensions en vue dans le Vo

Le phénomène de transhumance au Togo avec son lot de conséquences ne cesse de créer des tensions entre les populations togolaises et les transhumants. Le mouvement Martin Luther King (MMLK), vient de publier un communiqué dans lequel, il alerte les autorités togolaises des tensions qui prévalent dans la préfecture de Vo. Pour cause, un bouvier transhumant du nom d’Ousmane Ali bénéficie de la protection du préfet de Vo, malgré les dégâts qu’occasionnent ses bergers et bœufs.

D’après le pasteur Edoh Komi, président du MMLK, le dénommé Ousmane Ali, est un bouvier sédentaire dans le canton de Dagbati préfecture de Vo. Lui et ses bergers sont accusés d’actes immoraux et inhumains (harcèlements sexuels, viols, tentatives de viols des femmes et des jeunes filles). Face à cette situation, les autochtones ont demandé au bouvier en question, de quitter les lieux, ce que le bouvier accepta.

Le communiqué précise que « le préfet y s’oppose catégoriquement et rassure cet éleveur et lui garantit la sécurité ». Le MMLK dit, voir dans cette opposition du préfet, une manière de protéger ses intérêts. « Remontées »  et « agacées », indique le communiqué, les populations ont sommé le bouvier qui, apprend-on, est « un distributeur de billets de banque  et de bœufs à ses complices ».

Face à la tournure de l’affaire, le MMLK, appelle les autorités togolaises à intervenir au plus vite afin d’éviter des affrontements entre populations et forces de l’ordre et de sécurité dans la préfecture de Vo, et aussi de résoudre de façon impartiale cette affaire.

Commentaire d'article

Umalis