Politique

Togo / L’élection d’Emmanuel Macron fait réagir la CDPA et le NET

A des milliers de kilomètres de la terre française, les réactions n’ont pas manqué de la part des acteurs politiques togolais dès la victoire d’Emmanuel Macron. Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, Secrétaire générale de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA) et présidente du CAP 2015 salue la transparence démocratique des urnes alors que Gerry Taama, président national du Nouvel Engagement Togolais (NET), trouve cette élection ne sera synonyme d’aucun changement.

« C’est un jeune ! Il a à peine 40 ans. Cela veut dira que quand l’actuel chef de l’Etat togolais a pris le pouvoir en 2005, Emmanuel Macron avait à peine 27 ans. En tout cas, en ce temps-là, il n’était pas encore engagé vraiment dans la vie active. Il a utilisé tout ce temps pour s’organiser et pour se retrouver à la tête de la France aujourd’hui. Je pense que c’est une bonne chose. Les élections se sont déroulées de manière transparente et démocratique. Et c’est ce que nous souhaitons pour le Togo. C’est maintenant aux Africains de prendre leur destin en main», a indiqué Brigitte Adjamagbo Johnson.

Pour sa part, Gerry Taama soutient : « Je ne crois pas que les relations entre Emmanuel Macron et l’Afrique vont changer de manière importante par rapport à la politique que Nicolas Sarkozy et François Hollande ont pratiquée vis-à-vis de l’Afrique. Peut-être qu’il faut expliquer encore aux Africains qu’ils sont indépendants et doivent faire valoir cette indépendance-là. La France clame depuis une dizaine d’années son retrait des affaires politiques africaines, et il est temps que les Africains assument pleinement leur indépendance. La France n’est plus le seul partenaire militaire des pays africains, la Chine est en train de prendre sa place. Mais il n’en reste pas moins que la politique de la France, je pense, ne va pas changer par rapport à l’Afrique ».

Commentaire d'article

Umalis