Education Finance

Ce que pensent la CSET et la FESEN de la Coopérative des enseignants togolais

La séance de sensibilisation à l’endroit des enseignants démarrée mercredi dernier par les responsables de la Coopérative d’épargne et de crédit des enseignants du Togo (COOPEC-ET), se poursuit dans les différentes préfectures du Togo. Cette initiative qui vise à recueillir l’avis des enseignants sur le taux à pratiquer sur l’épargne retraite, est saluée par la Fédération des syndicats de l’éducation nationale (FESEN). A la Coordination des Syndicats des Enseignants du Togo (CSET), ce n’est pas le même son de cloche.

Pour M. Hounsime, secrétaire général de la FESEN, la COOPEC-ET, va permettre aux enseignants, à part l’enseignement de mener d’autres activités à travers les prêts. Il convie par ailleurs tous les enseignants à y adhérer.

Le secrétaire estime que, « Les banques aussi avec leurs taux d’intérêts très élevés, font que nous avons apprécié l’initiative. Puisque c’est nous même qui allons gérer cette coopérative en tant qu’enseignant et nous devons nous fixer les taux d’intérêts qui seront moindres par rapport à ceux proposés par les banques. Donc pour nous, c’est une belle initiative, surtout que le gouvernement devrait nous encourager en y injectant un peu de ses ressources ».

Pour sa part, La Coordination des Syndicats des Enseignants du Togo (CSET), en prenant acte de la mise en place de la coopérative, indique que c’est la fin qui justifie les moyens. « La CSET n’a pas été profondément impliquée dans l’élaboration des textes et dans la mise en place des organes devant constituer cette coopérative. Nous avons pris acte qu’il y a une coopérative des enseignants qui été mise en place. Mais, c’est l’avenir qui justifiera si c’est une bonne chose ou c’est une mauvaise chose », a affirmé Atchou Atcha, porte-parole de la CSET.

Il conclu en rappelant à l’instance dirigeante de coopérative de faire preuve de bonne foi et montrer ce dont elle est capable. Pour rappel, la campagne de sensibilisation se poursuit jusqu’au 13 mai prochain.

Commentaire d'article

Umalis