Société

Togo / Le dialogue social, condition première pour mettre fin aux conflits

Pour une énième fois, le Chef du gouvernement togolais Komi Selom Klassou se fait acteur du dialogue pour aboutir à la paix sociale, gage de tout développement. A cet effet, il a rencontré ce jeudi les centrales syndicales, les représentants du patronat et le président du Conseil national du dialogue social (CNDS). Gilbert Bawara, le ministre de la Fonction publique, a aussi pris part à cette réunion.

Selon le Premier ministre, cette démarche vise à relancer le dialogue social entre les différentes parties impliquées et permettre aux responsables syndicaux de présenter au gouvernement et au patronat leur cahier de doléances et leur plate-forme revendicative pour la résolution des problèmes. En effet, les revendications portent sur la revalorisation de la valeur indiciaire dans le public et le respect du SMIG dans le secteur privé, la prise en charge des cas d’urgence conformément à l’INAM, la revalorisation des pensions de retraite dans tous les secteurs d’activité ainsi que les nouvelles conventions collectives en zone franche.

A l’issue du plaidoyer, le président du patronat, Laurent Coami Tamegnon, a suggéré qu’un suivi des différents points soulevés soit effectué. Pour leur part, les centrales syndicales ont proposé qu’un organe de discussion soit créé dans le but d’anticiper et d’apaiser les tensions afin d’éviter les conflits. En retour, le Chef du gouvernement a assuré les responsables de la disponibilité du gouvernement et la prise en compte de leurs préoccupations en vue de l’ouverture rapide d’une table ronde pour redynamiser le Conseil national du dialogue social.

Commentaire d'article

Umalis