Politique

Lettre des Évêques du Togo: réaction de Me Dodji Apévon du FDR

La lettre de la Conférence des Évêques du Togo (CET) du 26 avril dernier ne cesse de susciter des réactions au sein de l’opposition togolaise. Après Nicolas Lawson et bien d’autres acteurs politiques, c’est le tour de Me Dodji Apévon, président du parti Forces démocratiques pour la république (FDR) de décrypter la lettre épiscopale.

S’inscrivant dans la même lignée que le président du PRR, Me Dodji Apévon du parti Forces démocratiques pour la république pense que, seule la mobilisation du peuple peut faire aboutir la lutte de l’alternance, comme le souligne la lettre de la CET. Pour l’avocat de formation, « l’alternance n’est pas un cadeau, c’est un droit pour le peuple ».

Pour lui, le combat de l’alternance prend déjà forme, à travers le travail que mène le groupe des six en concertation avec le CAP 2015. Pour Me Apévon, l’heure n’est plus au plaidoyer mais à la mobilisation du peuple togolais. « Nous devons aller au combat pour libérer le Togo », a-t-il souligné.

Poursuivant sa logique, il affirme que la situation sociopolitique actuelle du pays ne doit pas décourager les togolais, mieux encore les combattants de la liberté. Il regrette dans la foulée, que les togolais considèrent la situation qui prévaut comme une fatalité. Le président du FDR, rejette cela et indique que dans les prochains jours, le groupe des six et le CAP 2015 passeront à l’étape de la mobilisation de la population, « condition sine qua non pour forcer le régime à faire les réformes ».

 

Commentaire d'article

Umalis