Politique

Togo : Pour que les élections en 2018 fassent la différence, voici des pistes !

Le Togo a comptabilisé plus d’un demi-siècle de souveraineté internationale. Selon le sociologue Gblodzro Kossivi, notre pays est assez mature pour organiser des élections libres, transparentes et démocratiques qui puissent aboutir à des résultats crédibles qui reflètent la volonté du peuple. Mais, malheureusement on assiste à des soulèvements et des contestations après chaque processus électoral. A cet effet, celui-ci fait des propositions qui pourront être exploitées afin qu’on assiste plus au même scénario.

« Le Togo s’achemine vers de nouvelles élections sans un véritable consensus autour des textes électoraux. Même si le cadre juridique est appréciable, il souffre d’imprécision et d’ambigüité rendant difficile les interprétations et une compréhension unique au sein des acteurs politiques », a-t-il diagnostiqué. Pour Gblodzro Kossivi, les améliorations que les autorités politiques affirment avoir apporté aux processus électoraux dans le pays ces dernières années n’ont pas donné de résultats satisfaisants.

Pour sa part, il propose la mise en place d’un cadre électoral qui impose la rigueur aux institutions ainsi que d’un ensemble de normes électorales sur la base des principes démocratiques largement discutés et approuvés par les acteurs politiques. En outre, dans la période électorale et post-électorale, il est important d’établir des mécanismes de protection des droits humains, la surveillance de l’élection par des observateurs indépendants, la société civile et des médias libres ainsi qu’une administration juste, transparente et équitable.

Quant aux associations citoyennes, instituions nationales et autres organisations de la société civile telles que la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), le réseau ouest africain pour l’édification de la paix (WANEP-Togo), la Concertation Nationale de la Société civile togolaise (CNSC-Togo), le Centre d’Observation pour la Promotion de l’Etat de Droit (COPED), le Groupe de Femme D’action et de Développement (GF2D), Réseau des Femmes Anciens Ministres et Parlementaires (REFAMP/T), elles doivent semer des messages de paix dans les populations et former des agents pour le monitoring de la violence électorale.

Commentaire d'article

Umalis