Société

Togo : Pour la CSET, la lutte continue après les réjouissances du 1er mai

Le premier jour du cinquième mois de l’année est réservé pour fêter l’importance du travail et l’épanouissement des travailleurs dans tous les pays du monde. La Coordination des Syndicats de l’Éducation du Togo (CSET) considère aussi le 1er Mai comme un jour de fête pour les travailleurs mais, pas que ! La centrale syndicale a donc rappelé aux enseignants que la lutte pour obtenir l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail est loin d’être terminée. Elle les appelle à travers un message rendu public ce lundi à rester mobilisés.

MESSAGE DE LA COORDINATION À L’OCCASION DE LA FÊTE DU 1er MAI

En ce jour de la célébration de la fête des Travailleurs du monde entier, la Coordination des Syndicats de l’Éducation du Togo (CSET) tient avant toute chose à adresser ses remerciements et félicitations à tous les braves enseignants qui se sont entièrement investis dans cette lutte depuis plusieurs mois déjà. Toutes les gratitudes de la coordination vont à l’endroit des camarades enseignants qui ont pris le risque d’affronter avec audace et témérité les partisans du terrorisme syndical dans nos différentes préfectures, vous avez fait des exploits auxquels personne ne s’attendait dès les premières heures de nos mouvements. Soyez-en fiers.

Les péripéties de notre lutte, comme partout ailleurs, n’ont pas été épargnées de grincements de dents parfois insupportables à cause des incompréhensions. Et pourtant, dans ces malentendus, certainement que chacun, à tort ou à raison, ne visait que le même objectif, celui de voir nos revendications satisfaites. Heureusement, nous sommes toujours parvenus, même pendant les moments les plus difficiles, à nous entendre au nom de ce qui nous unit: l’intérêt général de l’enseignant togolais. Si malgré toute la tempête qui a secoué la CSET, nous avons réussi à tenir encore sur nos deux pieds, c’est sûrement parce que nous avons compris que ce qui nous rassemble est plus fort que toute autre considération.

Au demeurant, il nous faut toujours garder à l’esprit que beaucoup de chemin nous reste encore à faire pour accomplir avec fierté la mission que nous nous sommes assignée. C’est lieu pour nous de rester plus soudés face à l’employeur qui ne nous accorde respect et considération que lorsque nous restons mobilisés. Tout en vous rappelant que le secret de la réussite ne réside que dans la pensée positive, la coordination invite tous les camarades à s’armer d’une bonne dose de volonté et de détermination pour l’aboutissement heureux de notre lutte.

La fête du 1er Mai, il faut le rappeler, est un jour qui nous interpelle. Cet événement universel doit nous exhorter à rendre un hommage mérité à nos ancêtres syndicaux qui ont accepté verser leur sang pour que justice soit faite à l’endroit de la classe ouvrière que nous représentons aujourd’hui dans une société gangrenée par une injustice sociale révoltante. Et cet hommage ne pourra être rendu qu’à travers une lutte âpre en vue de l’amélioration de nos conditions de vies et de travail pour les générations présentes et futures.

La coordination souhaite à toutes et à tous une bonne fête des Travailleurs.

LA COORDINATION

Commentaire d'article

Umalis