Politique

Togo : La problématique de l’alternance au menu du 2ème colloque du CAP 2015

Thème principal de son 1er colloque qui s’est tenu les 10 et 11 octobre 2016 à Lomé, l’alternance politique revient encore dans les débats lors du 2ème colloque du Combat pour l’alternance politique (CAP 2015). C’est donc bien établit que cette question tient à cœur à ce regroupement de quatre partis politiques de l’opposition togolaise (ANC, CDPA, DSA, PSR et UDS-Togo).

En effet, cette rencontre a débuté ce 28 avril au lendemain de la fête de l’indépendance du Togo que le CAP 2015 a commémoré selon son propre programme. Pour Jean Pierre-Fabre, président national de l’Alliance pour le changement (ANC), l’une des figures du CAP 2015, le but est d’« offrir l’opportunité de prolonger les débats entamés et d’élargir les horizons de nos réflexions ». Pour sa part, la Présidente du CAP 2015, Mme Brigite Kafui Adjamagbo-Johnson a placé ces quelques mots à l’ouverture des travaux : « Pour l’heure, nos objectifs intermédiaires sont d’obtenir les réformes constitutionnelles et institutionnelles et électorales dont le Togo a besoin ainsi que l’effectivité de la décentralisation qui passe par la tenue d’élections locales dont les dernières remontent à 1987 ».

Au cours de cette conférence-débat, les discussions tourneront autour de plusieurs thématiques dont « Libre accès aux médias et égalité des chances pendant les compétitions électorales en Afrique », « Contribution des Confessions Religieuses dans le processus de démocratisation du Continent africain », « La communauté internationale et l’alternance politique en Afrique », « Le rôle de l’armée dans le processus de démocratisation en Afrique », « L’instrumentalisation politique de la diversité ethnique en Afrique » ou encore « Entre démocratie et dictature en Afrique : rôle, responsabilité et compétence des Commission Electorales Nationales ».

Commentaire d'article

Umalis