Politique

Togo / 27 avril : Pour Agbeyome Kodjo, c’est l’heure du bilan et des bonnes résolutions

A l’occasion de la célébration du 57ème anniversaire de l’accession du Togo à la souveraineté internationale, les partis politiques posent un regard critique sur le parcours politique du Togo et sa marche vers la démocratie. Le Président de l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (Obuts), Agbéyomé Kodjo, s’inscrit dans cette démarche en se prononçant sur cet évènement.

Il a été Premier ministre du parti Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) sous Feu Général Gnassingé Eyadema, l’ancien président du Togo. Il a été témoin ou acteur (c’est selon) de bien d’évènements sociopolitiques au Togo. Lui, c’est Gabriel Agbéyomé Kodjo. « Les pères fondateurs de notre République ont dû lutter dur à travers des élections législatives et le colon n’a pas voulu que les forces nationalistes gagnent en nous mettant des pièges, mais les pères fondateurs ont beaucoup œuvré pour déjouer ces obstacles. Ils sont alors parvenus à gagner les élections législatives du 27 avril 1958 », se souvient-il.

Selon lui, le rêve des pères de l’indépendance est de construire « une société moderne qui produit de la richesse, qui respecte les droits humains, qui permet la promotion de la démocratie et de la liberté ». Cependant, Agbeyomé Kodjo trouve que la démocratie demeure un grand défi pour le Togo 57 ans après son indépendance.

« La démocratie est une conquête de tous les jours et nous devons également nous adapter, mais vouloir rester dans le conservatisme ou des pratiques qui ont donné de bons résultats hier, doivent continuer aujourd’hui dans un environnement complètement changé relève d’une hérésie politique. Nous devons faire les réformes nécessaires pour donner toutes les chances à ce pays de se développer pour le bonheur de la génération présente et celle de demain », a t-il conclu.

Commentaire d'article

Umalis