Sécurité

Selon le cabinet Control Risks, le Togo présente un risque sécuritaire moyen

Le cabinet de conseil britannique Control Risks vient d’actualiser sa carte des risques sécuritaires et politiques par rapport aux personnes et aux biens à travers le monde. Le rapport a été publié au début du mois d’avril 2017. Les études prennent en comptent 8 indicateurs liés au concept de sécurité : le vol, l’enlèvement, la destruction des biens, l’extorsion, la fraude, la perte de contrôle de la gestion, le vol d’information et l’expropriation.

Selon ce rapport, les investisseurs internationaux doivent rester vigilants s’ils s’installent dans les 24 pays et territoires du continent africain classés dans cette catégorie à cause du risque sécuritaire moyen qu’ils présentent : Afrique du Sud, Angola, Zambie, Lesotho, Swaziland, Zimbabwe, Madagascar, Tanzanie, Kenya, Ouganda, Ethiopie, Djibouti, Soudan, Erythrée, Cameroun, Tchad, Togo, Burkina Faso, Liberia, Sierra Leone, Guinée-Bissau, Tunisie, Sahara Occidental.

Quant aux risques politiques, sept critères ont été pris en compte : l’insécurité juridique, l’exposition à la corruption, la nationalisation, l’expropriation, les règlementations défavorables, les atteintes à la réputation et les sanctions internationales. Avant de créer des filiales ou envoyer leurs représentants pour obtenir de nouveaux marchés, les investisseurs doivent réfléchir à deux fois.

Notons toutefois que le Togo est engagé depuis quelques années dans une dynamique d’amélioration des conditions sécuritaires et d’investissements ce qui devra sans doute améliorer rapidement cet indice.

Commentaire d'article

Umalis