Agro-Environnement Santé

Togo : Les résidus de pesticides sont de réelles menaces pour l’environnement

Une enquête a été effectuée sur la présence des POP (Polluants Organiques Persistants) au Togo. Selon les résultats rendus publics ce jeudi par le ministère de l’Environnement, il a été découvert l’existence de plus de 100 tonnes de pesticides périmées sur l’étendue du territoire togolais.

Substances chimiques toxiques, certains Polluants Organiques Persistants (POP) servent parfois de pesticides malgré le risque élevé qu’ils présentent pour la santé humaine et pour la protection de l’environnement. Ils sont de plusieurs ordres : produits chimiques industriels,  sous-produits organiques et contaminants, pesticides (Aldrine, Dieldrine, Endrine, DDT, Chlorane, Mirex, Toxaphène et Heprachlore).

Emportés par le vent, ces polluants organiques peuvent s’éparpiller dans l’atmosphère et intoxiquer les organismes vivants (Hommes, animaux) par voie respiratoire ou alimentaire. Leur caractère nuisible s’illustre par le fait qu’ils survivent aux dégradations biologiques naturelles. Ils deviennent alors plus dangereux quand ils s’incrustent dans les tissus vivants.

A cet effet, le Togo a signé la convention de Stockholm en prenant sur lui le devoir d’interdire l’utilisation de ces polluants organiques. Pour que cette démarche ait des résultats satisfaisants, une nouvelle stratégie est entrain d’être élaborée pour rendre la lutte effective. Il s’agit entre autres de faire l’inventaire des stocks de pesticides en vue de leur élimination définitive, procéder à la désintoxication des sites contaminés et renforcer les capacités juridiques et institutionnelles. Pour ce faire, la population est mise à contribution à travers une campagne de sensibilisation.

Commentaire d'article

Umalis