Justice

Togo: la conférence sur les droits humains et le processus de démocratisation s’ouvre à Lomé

La conférence internationale sur les droits humains dans un contexte de démocratisation en Afrique a démarré ce mardi à Lomé. Co-organisée par l’AIJD et le NADDAF en collaboration avec le CACIT, WANEP, CNSC et L’AIEJ-TOGO, cette rencontre se veut de faire le bilan, cinquante ans après la signature de plusieurs traités et conventions relatifs aux droits humains.

Cette conférence se veut un cadre d’échange sur la prise en compte des droits de l’homme dans le processus démocratique 50 ans après la signature du Pacte International pour les Droits Civils et Politiques (PIDCP) et du Pacte International sur les Droits Économiques Sociaux et Culturels (PIDESC). Il s’agira pour les participants de passer en revue les avancées en matière des droits de l’homme dans le monde entier.

Cet exercice selon les organisateurs, vise à mesurer la portée des pactes internationaux relatifs aux droits civils et politiques (PIDCP) et aux droits sociaux économiques et culturels (PIDESC), signé par les États. « Parallèlement à la signature de ces deux pactes, il y a le processus de démocratisation qui a été enclenché sur le continent avec des juristes qui ont pris des initiatives. Aujourd’hui, en tant qu’acteurs de la société civile, défenseurs des droits de l’homme, il est de bon ton qu’on pose le débat sur l’apport de ces deux pactes dans le processus des droits de l’homme », a confié Bernard Bokodjin, coordinateur de l’association internationale des avocats démocrates.

Ils sont plusieurs acteurs de la société civile, des organisations de défense des droits de l’homme et des activistes à prendre part à cette conférence. Elle prend fin vendredi 21 avril.

Commentaire d'article