Economie

Togo : Les membres de la Commission anti-corruption donnent l’exemple

Selon un adage populaire, « la charité bien ordonnée commence par soi-même ». Pour ne pas déroger à la règle et faire leur travail en âme et conscience, les membres de la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées ont remis à la Cour Suprême leurs déclarations sur l’honneur et sur les patrimoines. C’est une étape essentielle dans le processus de l’installation définitive de cet organe.

Après avoir prêté serment le 7 février dernier, les membres de la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées, nommés pour un mandat de trois ans renouvelable une seule fois, sont passés à l’étape suivante qui consiste à remettre à la Cour Suprême du Togo leurs déclarations sur l’honneur et sur les patrimoines. Cette cérémonie présidée par le président de la Cour Suprême, Akakpovi Gamatho s’est déroulée ce jeudi 13 avril 2017. Tour à tour, Wiyao Essohanam, Folivi Assiongbon, Tchémi Mba, Ayena Akossiwa, Koudjo Ayayi, Aladou Agouta et Arouna Lardja ont chacun remis leurs déclarations conformément à la loi en vigueur.

Selon les propos du président de la Cour, cette démarche vise à laver ceux qui sont appelés à lutter contre la corruption de tout soupçon qui pourrait porter préjudice à leur mission. « C’est pour préserver leur intégrité, leur indépendance pour que la mission qui leur est confiée soit assumée avec beaucoup de crédibilité et de responsabilité », a-t-il renchéri. Au fait, la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées devra travailler à la vulgarisation de la bonne gouvernance en luttant contre les enrichissements illicites, les détournements de fonds, les fraudes, la surfacturation, les extorsions de fonds, les chantages, les pots-de-vin, les conflits d’intérêt et autres crimes financiers.

Commentaire d'article

Umalis