Education

Togo : Devant le durcissement de la CSET, Gilbert Bawara choisit la tempérance

Le problème du reversement des précomptes des mois de novembre, décembre, janvier et février constitue pour l’heure la source de mésentente entre le gouvernement et la Coordination Syndicale des Enseignants du Togo (CSET) qui pour sa part brandit la menace des grèves à quelques semaines seulement de la fin de l’année scolaire. En outre, cette formation syndicale exige son implication dans le comité chargé de la rédaction du statut particulier des enseignants.

En effet, les manœuvres du gouvernement par rapport aux critères de remboursement des précomptes suscitent l’indignation de la CSET qui trouve que les conditions avancées par le gouvernement ne suivent aucune logique. Devant cette situation, l’organisation syndicale dirigée par Atsou-Atcha trouve légitime qu’elle soit impliquée dans les travaux du comité mis en place pour la rédaction du statut particulier des enseignants. Sans cela, menace-t-elle, aucune crédibilité ne sera accordée au document.

Pour sa part, le gouvernement appelle les enseignants à la modération et à la responsabilité. Selon le ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara, il faut que cette année scolaire jalonnée de tant de crises ait un aboutissement heureux de peur de vouer les efforts faits aussi bien par les enseignants, les responsables syndicaux que les pouvoirs publics à l’échec. En ce qui concerne les précomptes, le ministre demande aux enseignants concernés qui étaient sur leur lieu de travail pour les prestations de fournir les pièces justificatives pour que les dispositions soient prises par le gouvernement. Sur la question de la composition du comité de rédaction, M. Bawara estime qu’il faut éviter une composition pléthorique pour plus d’efficacité.

Commentaire d'article

Umalis