Société

Togo : La proposition du ministre Boukpessi a mis de l’huile sur le feu à Lama-Tessi

Depuis quelques temps, le Togo vit au rythme de deux crises sociales qui n’épargnent aucune localité : le foncier et la chefferie. La dernière en date et qui est en cours de règlement est le problème de chefferie qui empoisonne littéralement les populations du canton de Lama-Tessi. Afin de trouver un terrain d’entente entre les protagonistes,  le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, Payadowa Boukpessi, a reçu les chefs cantons de la préfecture de Tchaoudjo à Lomé.

En effet, au lieu que cette séance de discussion aboutisse à un dénouement de la situation très tendue qui paralyse le canton, cela n’est arrivé qu’à accentuer les hostilités entre les Kotokoli et les Kabyè. Les chefs cantons de la préfecture de Tchaoudjo sont sortis de ce tête-à-tête plus préoccupés qu’ils n’étaient avant. Selon les informations, le ministre Payadowa Boukpessi, leur aurait proposé une chefferie rotative entre Kotokoli et Kabyè. Proposition que les concernés ont rejeté en bloc.

« On ne peut pas avoir à la tête d’une communauté un chef d’une autre ethnie. C’est comme si on nommait un Ewé comme chef dans un village de Kara », a vociféré un ressortissant de Lama-Tessi. Ainsi donc, la communauté Tem compte régler les choses à sa manière. Aujourd’hui même, une grande marche de protestation a mobilisé toute la ville. « Disons non aux imposteurs qui veulent perpétuer le système esclavagiste que nous ont laissé l’école et la constitution des colons. Nous avons été divisés par ceux qui voulaient régner sur nous et il est temps que nous nous levons et dans l’unité nous battre pour garder ce qui nous reste encore digne », a déclaré l’artiste togolais Bibish Mola qui originaire de la localité.

Commentaire d'article

Umalis