Education

Togo / Les précomptes : Nouvelle source d’hostilités entre la CSET et le gouvernement

La Coordination des Syndicats des Enseignants du Togo (CSET) vient d’adresser un courrier au ministre des Enseignements primaire et secondaire et à son collègue chargé de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle. Selon le contenu de la lettre, ces derniers sont tenus à reverser sans conditions les précomptes effectués sur les salaires des enseignants grévistes. Des représailles en vue ?

La crise qu’a connu le secteur éducatif togolais au cours de cette année scolaire 2016-2017 a été à nulle autre pareille. Aussi, quand une relative trêve a été observée entre le gouvernement et les syndicats des enseignants, l’opinion nationale et tous les acteurs impliqués dans ce maillon essentiel de développement ont poussé un « ouf » de soulagement. En effet, le reversement des précomptes a été l’un des clauses qui ont déterminé le retour du calme dans ce secteur. Mais au lieu de s’exécuter, le gouvernement se dérobe à sa responsabilité en usant de ruses qui risquent d’aggraver le problème.

« Aujourd’hui, c’est avec surprise et étonnement que la CSET a constaté la circulaire datée du 4 avril 2017 adressée aux Directeurs Régionaux de l’Enseignement sur les documents à fournir en vue du remboursement desdits précomptes à ceux qui estiment être abusivement ou injustement précomptés », s’indigne la CSET dans sa missive. Selon Atchou Atcha et ses camarades, cette manoeuvre « arbitraire » ne va pas dans le sens de la pérennisation du calme tant souhaité et obtenu. Par ailleurs, les enseignants, se sentant préoccupés par l’avenir des enfants et le travail bien fait, acceptent de reprendre les cours qui n’ont pas été faits à condition que les précomptes soient reversés. Visiblement, le dernier mot revient au gouvernement.

Commentaire d'article

Umalis