Société

Togo : Les morts privilégiés plus que les vivants ? s’interroge le MMLK

Le Mouvement Martin Luther King (MMLK) s’indigne du fait que les cimetières occupent plus d’espace dans les localités que les habitations. Il l’a fait savoir à travers la publication d’un communiqué en date du 10 avril 2017. Selon le mouvement de Pasteur Edoh Komi, spacieuses et bien entretenus, les maisons de repos des morts semblent voler la vedette aux logis des vivants.

« Les cimetières sont semblables à des endroits où l’on peut désormais se mirer. Il est évident que les morts doivent être enterrés au cimetière et il leur faut une parcelle, mais cela ne doit jamais primer sur les préoccupations et les besoins des vivants. Or, c’est ce à quoi nous assistons malheureusement », déplore t-il dans le communiqué. Pasteur Edoh Komi prend la défense des populations qui se voient privées de force de leur terre pour en faire des cimetières. Ou plus encore, ce sont d’importantes parcelles de terrain sont prélevées dans les réserves administratives.

« Ce coup de force au cœur duquel se trouvent les autorités préfectorales, municipales et traditionnelles, mécontente profondément les propriétaires souvent impuissants devant les rouleaux compresseurs et les menaces de ces décideurs. Des milliers furent victimes et d’autres sont en attente de subir les mêmes préjudices sans jamais de réparation. Alors que l’article 27 de la Constitution togolaise stipule que la propriété est garantie par la loi et il ne peut y porter atteinte que pour cause d’utilité publique légalement constatée après une juste et préalable indemnisation », fustige le communiqué.

Pour finir, le Mouvement Martin Luther King (MMLK) appelle au respect scrupuleux de l’article 27 de la constitution togolaise lié au droit de propriété foncière et demande que les cimetières n’occupent plus les places de vitrine dans les communautés.

Commentaire d'article

Umalis