Agro-Environnement Société

Togo / Érosion côtière : Les victimes prévoient faire un sit-in devant le LCT

Le phénomène d’érosion côtière que subit le littoral togolais ne date pas d’aujourd’hui. Les autorités togolaises avaient promis trouver des solutions pour freiner l’avancée de l’océan lors du Sommet extraordinaire sur la sécurité maritime en octobre dernier. Mais rien n’y fit ! Quant aux victimes de ce phénomène, après moult interpellations des autorités de Lomé Contenair Terminal (LCT), n’ont trouvé d’autre issue que de faire un sit-in dans les prochains jours devant les locaux de cette société dans la zone portuaire.

Si rien n’est fait pour contrôler l’ardeur de l’océan atlantique à avaler des kilomètres de terre du littoral togolais, les villages côtiers comme Dévikopé, Baguida-plage, Avépozo, Kpogan, Gbodjomé, Dévikinmé, Alimagnan, Agbodrafo n’existeront bientôt que de nom. En effet, la structure COA de la Banque mondiale avait effectué des études en 2014 par rapport à ce phénomène. Mais, jusqu’à ce jour, aucun résultat n’a été mis en applicaton ni aucune communication faite pour rassurer les populations qui regardent impuissants leurs terres engloutis par l’océan.

Ces derniers étaient devant la presse hier pour exprimer leurs inquiétudes. Avec pour porte-parole, Togbui Kétohou Yovo V, Chef du village de Kpogan, ils ont indiqué que leurs démarches auprès des autorités de LCT pour la mise en application des textes et critères de la Banque Mondiale concernant les résultats sortis du rapport de conformité menée par le COA sont restées sans résultat. « Mais si les critères de la Banque Mondiale ne sont pas vite appliqués, nous serons obligés de laisser les populations mener le sit-in ou aller à l’étape supérieur », ont-ils menacé.

Commentaire d'article

Umalis