Education Jeunesse et emploi

Togo / Le MMLK s’interroge sur l’utilité de l’examen du Probatoire

Dans un communiqué rendu public, le Mouvement Martin Luther King (MMLK) ressuscite le débat sur la suppression ou non de l’examen du Probatoire dans le système éducatif togolais. Pour le Mouvement du Pasteur Komi Edoh, il est urgent que le gouvernement togolais organise des états généraux de l’éducation en vue d’effectuer les réformes indispensables qui puissent prendre en compte les exigences actuelles.

Dans son courrier, le MMLK rappelle que le Togo reste le seul pays dans la sous-région à maintenir l’examen du Probatoire dans son programme d’éducation pré-universitaire. Par ailleurs, le Baccalauréat Première Partie constitue un sujet à polémique donnant lieu à une contestation généralisée. Selon le MMLK, cet examen n’en est véritablement pas un, puisque son diplôme ne représente rien d’autre qu’un «  ornement sans valeur ni gloire ».

Pasteur Edoh affirme dans son argumentation que beaucoup d’élèves se butent à cet obstacle et la plupart sont contraints d’arrêter les études pour l’avoir raté plusieurs fois. A cet effet, le Mouvement « La voix des sans voix » propose une uniformisation et une adaptation du système éducatif togolais aux normes régionales et internationales. En outre, les parents d’élèves et autres acteurs impliqués ont un rôle à jouer dans ce combat. Le communiqué du MMLK les appelle à remettre cette question sur le tapis afin de parvenir si possible au  cours des prochaines rentrées scolaires à la suppression dudit examen.

Commentaire d'article

Umalis