Politique

Jean-Pierre Fabre : « Je pense que Faure Gnassingbe va finir par me décevoir »

Jean-Pierre Fabre, armé de son titre de Chef de file de l’opposition togolaise, était devant les togolais de la diaspora le 26 mars dernier en France. Dans son allocution, il s’est plaint notamment pour l’indifférence et l’agaçant silence que le Chef de l’Etat togolais affiche à son endroit malgré son «souhait de le rencontrer pour débattre» en tête-à-tête les sujets brûlants de l’actualité togolaise.

En effet, Jean-Pierre Fabre compte « mesurer le chemin parcouru » par l’opposition togolaise dans sa lutte et par là même « raffermir la stratégie pour parvenir à l’alternance pacifique au Togo ». Le président de l’Alliance National pour le Changement (ANC) trouve pour sa part que CAP 2015 est plus entreprenant  sur le terrain que ne le pensent beaucoup de personnes. Aussi, a-t-il remarqué que le Groupe de six partis politiques n’ont rien apporté de nouveau sur l’échiquier politique de l’opposition togolaise.

A propos des échéances électorales qui s’annoncent, le leader de l’opposition togolaise propose de placer un étranger à la tête de la CENI pour en finir avec tous les problèmes liés à la non transparence dans les élections au Togo. Selon lui, « ni la médisance, ni les dénigrements, ni la défection, ni la trahison, ni la lassitude, ni l’abandon, ni les répressions sanglantes, ni les tentatives de déstabilisation, d’où qu’elles viennent, ne doivent avoir raison » de la détermination à poursuivre le combat pour libérer le peuple togolais.

Profitant de son séjour dans le pays de François Hollande, il s’est fait invité sur le plateau de TV5 Monde dans le Journal Afrique ce jeudi soir. « Je pense que Faure Gnassingbé doit respecter la loi qui l’oblige à me rencontrer à ma demande. La loi l’oblige, compte tenu de la situation politique du pays, à inviter les responsables politiques pour discuter avec eux », a-t-il réaffirmé en désespoir de cause.

Commentaire d'article

Umalis