Education

Fin de crise dans l’enseignement : La LCT, pas satisfaite du travail du Premier Ministre

La Ligue des Consommateurs du Togo (LCT) trouve que les approches de solution proposées par le gouvernement vis-à-vis des revendications des enseignants « sont loin de solutionner la crise ». Ainsi, dans une déclaration rendue publique ce samedi, elle appelle le Premier ministre togolais, Selom Klassou, à rendre sa démission « pour incapacité à faire face à la crise sociale que traverse le pays ». Voici le communiqué dans son intégralité.

Déclaration de la LCT relative aux mouvements de grève dans le secteur de l’éducation au Togo

Le monde éducatif connait ces dernières années et particulièrement ces dernières semaines des grèves à répétition avec pour conséquences une dégradation des conditions d’enseignement, des élèves et écoliers dans les rues et des pertes en vie humaine.

Le gouvernement au lieu de mener une discussion sérieuse avec les acteurs du secteur afin d’aboutir à une solution durable à la crise, tient à travers certains ministres, des propos qui enveniment la situation.

Non seulement les autorités font du dilatoire, mais elles cherchent par le biais de directeurs régionaux de l’éducation et des préfets, à briser par tous les moyens ces mouvements légitimes en vue de s’assurer la reprise des cours à tous les niveaux et dans des conditions scabreuses. C’est ainsi que des responsables locaux seraient passés à l’acte, rendant le climat plus délétère.

La Ligue des Consommateurs du Togo (LCT) trouve que ces méthodes datant d’une autre ère ne sauraient apporter l’accalmie et la sérénité dans le secteur de l’éducation. Elle constate que les mesures annoncées par le Premier Ministre Komi Sélom KLASSOU sont loin de solutionner la crise, et réclame donc sa démission pour incapacité à faire face à la crise sociale que traverse le pays.

La LCT reste convaincue que l’émergence à l’horizon 2030 passe nécessairement par une éducation de qualité car sans elle, aucun développement n’est possible. A cet effet tous propos et toutes réactions visant à prouver le contraire quelles que soient leurs provenances sont nuisibles et susceptibles de saper l’effort de l’émergence. C’est pourquoi la LCT recommande expressément au Chef de l’État de prendre ses responsabilités en annulant les précomptes iniques et en entamant des discussions avec les enseignants afin de mettre définitivement fin à la crise. C’est le prix à payer pour la reprise des cours conformément aux programmes scolaires.

Pour finir, la LCT renouvelle son soutien aux enseignants et aux élèves dans leurs revendications chacun en ce qui le concerne et leur demande de maintenir le pacifisme dans lesdites revendications.

Fait à Lomé, le 18/03/2017

Emmanuel SOGADJI

Pour la LCT

Commentaire d'article

Umalis