Société

Togo : Des centres d’accueil d’enfants sommés de cesser leurs activités

En 2015, un rapport d’audit des centres d’accueil et d’hébergement des enfants vulnérables a été  commandité conjointement  par le ministère togolais de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation et l’Unicef. Le rapport de l’audit est dramatique : la plupart des centres d’accueil ne respectent pas les normes standards. Sans appel, ces centres  sont sommés de fermer leurs portes.

120 centres d’accueil et d’hébergement des enfants ont été évalués sur toute l’étendue du territoire national au cours de l’audit. Les descentes sur le terrain ont consisté à évaluer les structures  d’accueil  conformément aux normes de  protection des enfants vulnérables au Togo.

Les données ont permis de classer les centres en trois groupes. « Les centres performants dont le fonctionnement s’approche des respects des normes et standards, les centres perfectibles niveau 1 dont le fonctionnement s’approche des centres performants, les centres perfectibles niveau 2 qui respectent périodiquement dans leur fonctionnement les normes et standards et une troisième catégorie : les centres problématiques », informe Alphonse AKAKPO, le Directeur Exécutif du Bureau National Catholique pour l’Enfance.

C’est cette dernière catégorie qui a attiré l’attention des experts. A en croire Alphonse AKAKPO, ces structures qui ne respectent pas le fonctionnement des normes et standards, sont par surcroit des cadres où des cas d’abus sexuels et de violences sur les enfants ont été constatés.

Pour mettre fin au « drame » , la Ministre de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation du Togo, Tchabinandi Kolani Yentcharé, a dans un courrier,  demandé aux centres incriminés de mettre fin à leurs activités et aux autres à se conformer aux dispositions établies par la législation togolaise.

Neuf de ces centres se situent dans la région Maritime et trois dans la région des Plateaux.

Commentaire d'article