Sports

Togo / Football : Le Club Gbikinti de Bassar dit « non à la violence »

A plusieurs reprises, le terrain du club Gbikinti de Bassar a été le théâtre de violences lors des rencontres de la phase aller du championnat national de première division. Conscients de la situation, les responsables ont entrepris une sensibilisation des supporters, qui ont été identifiés comme fauteurs de trouble.

Le club Gbikinti de Bassar s’est retrouvé en milieu du mois de janvier 2017 à Bassar pour mener des réflexions sur le phénomène des violences sur ses installations. Daoune Boundou, le président du club, a confié au micro de togofoot, à l’issue de la rencontre, qu’en dehors des difficultés financières de son équipe, celui-ci est également confrontée aux violences sur le stade « où on s’en prend même jusqu’aux autorités locales, au président du club, aux arbitres qui arrivent sur le terrain de Bassar ».

Pour la phase retour du championnat, Daoune Boundou a promis qu’ils vont corriger ces erreurs. « Vous savez que ce n’est pas facile. De la première place, on se retrouve à la dixième place. Je pense que c’est grave, donc nous devons montrer que cette première place que nous avons eue pendant des journées n’était pas un fait de hasard. Nous allons nous mettre au travail pour rectifier le tir pour que ça puisse marcher », ajoute-t-il.

Pour finir, il a lancé un appel au public sportif : « Nous convions tous nos supporters et sympathisants de Gbikinti à plus de fair-play. Nous voulons des vrais supporters et non des supporters qui divisent et détruisent l’équipe ».

Commentaire d'article

Umalis