Politique

Togo : L’ANC remontée contre le HCRRUN pour une histoire de calendriers

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) n’en a décidément pas fini avec le pouvoir togolais et ses institutions. Cette fois, c’est au Haut Commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN), que le parti s’en prend sévèrement. Pour cause le HCRRUN aurait fait parvenir aux responsables de l’ANC,  un lot de calendriers 2017 pour « civilité ». Un « cadeau » que le parti de l’opposition n’a pas voulu garder. Dans une lettre adressée à la présidente du HCRRUN, le parti donne ses raisons.

A
Madame la Présidente
du HCRRUN
Lomé

Madame la Présidente,

Vous avez fait parvenir à notre parti, l’ANC, un lot de calendriers en carton et de calendriers de table à l’emblème du HCRRUN, exhibant un album photos des images de la Présidente du HCRRUN et du Chef de l’Etat ainsi que du Premier Ministre et diverses prises de vue de l’atelier par lequel vous avez tenté de remettre en cause l’Accord Politique Global (APG).

Il est totalement inacceptable qu’au moment où des milliers de personnes, affectées par les massacres de populations et autres exactions commises par le système RPT, attendent en vain d’être indemnisées, soutenues et accompagnées psychologiquement, votre institution, dont la mission essentielle est précisément la ‘’réparation des victimes’’, commande à grands frais, des cadeaux de luxe, des calendriers et autres gadgets largement distribués dans les administrations, les sociétés d’Etat, le corps diplomatique, les ODDH ainsi que les autres institutions.

L’ANC ne saurait s’accommoder d’une telle démarche qui n’est rien d’autre qu’un gaspillage des deniers de l’Etat pour des initiatives sans aucun rapport avec les missions légales fondamentales du HCRRUN. Dans ces conditions, l’ANC se voit dans l’obligation de vous retourner le lot de calendriers en cause.

L’ANC demande une fois encore au HCRRUN de se ressaisir et de prendre, pour la mener résolument à bien, la réelle mesure de sa mission, principalement liée à la lutte contre l’impunité et aux réparations que des populations martyrisées, traumatisées et meurtries, attendent désespérément.

Veuillez agréer, Madame la Présidente, l’assurance de ma considération distinguée.

Patrick LAWSON-BANKU

Commentaire d'article

Umalis