Sports

CAN Total Gabon 2017 : quand le droit de suivre les matchs n’est accordé qu’aux plus riches…

Depuis le 14 janvier, la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2017 bat son plein au Gabon. La compétition prendra fin le 5 Février prochain. Mais jusqu’alors, la fougue du foot n’a pas encore enivré certains esprits justement parce que les difficultés de se transporter en terre gabonaise deviennent barrières. Suivre les matchs sur les chaînes de télévision nationales s’apparente à un rêve irréalisable pour beaucoup d’africains.

Depuis le début de la Can, le plaisir de savourer la messe du football africain a été dénié à bien d’africains. A défaut de suivre les matchs chez soi tranquillement vautré dans son canapé, chacun s’est débrouillé à sa manière pour trouver une solution. Certains jouent des coudes pour se trouver une place dans un café ou un bar, qui sont à l’occasion très bondés. D’autres, par contre, essaient de bidouiller leur parabole pour la fixer sur une chaîne africaine, si par chance elles diffusaient les matchs. Reconnaissons quand même que seuls les plus aisés auront le privilège de regarder les matchs dans la chaleur douillet de leur salon.

Bein Sports leur permettra de suivre tous les matchs de la compétition contre un abonnement. N’est-ce pas aberrant qu’aucune agence africaine de marketing sportif ne détient les droits liés à la CAN ? C’est plutôt le groupe Lagardère qui en est propriétaire, via Sportfive, sa filiale spécialisée dans la gestion des droits marketing et audiovisuels sportifs. La Confédération Africaine de Football (CAF) lui a accordé un monopole sur le football africain depuis 2008. L’année dernière, ce monopole a été reconduit jusqu’en 2028. Un privilège évidemment facilité par Issa Hayatou, le tristement célèbre et sulfureux président de la CAF.

Autour de la question de droit de diffusion des matchs de la Coupe d’Afrique des Nations, c’est tout un concert d’affaires les unes plus louches que les autres qui s’organisent, tout cela à coût de milliards de francs CFA. En effet, depuis son édition de 2011, les droits de retransmission de la Coupe d’Afrique des Nations ont augmenté de 50% en 2013, puis de 20% en 2015, pour enfin se stabiliser à 1,35 millions d’euros en 2017. Cette somme représente plus que le double des droits de retransmission de la Coupe du Monde de 2014, pour moitié moins de matchs.

Ainsi donc, le coût exorbitant des droits retransmission a empêché plusieurs chaines publiques et privées africaines de retransmettre les matchs de la Can.

Commentaire d'article

Umalis