Politique

Le PRR veut travailler avec l’ANC pour forcer la main à Faure ?

Le président du Parti pour le Renouveau et la Rédemption (PRR), Nicolas Lawson, a à travers une lettre ouverte affiché vis-à-vis du chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre, sa volonté de travailler avec lui pour atteindre un objectif commun aux deux partis : les réformes constitutionnelles et institutionnelles. En plus, l’homme politique, à travers cette missive, invite le président national de l’ANC à fédérer les actions de l’opposition, pour atteindre le plus vite possible cet objectif.

« Pour Mr Faure Gnassingbé, signer un décret pour vous nommer Chef de file de l’opposition, c’est comme mettre un collier à un chien. Il n’a pour vous aucune considération tout comme il n’en a pas pour ceux qui ne sont pas servile et pour le peuple. Il se réjouit d’avoir organisé un sommet sur la sécurité maritime en Afrique, considéré comme futile et dispendieux par un ministre des affaires étrangères ayant participé à cette manifestation d’un pittoresque superficiel. Seule notre Assemblée nationale a ratifié la charte qui en est issue. Quant aux autres pays, ils l’ont déjà jetée dans la poubelle de l’histoire comme il jette lui-même à la poubelle les recommandations des commissions qu’il crée par décrets pris en conseils des ministres. Au moment où, même un Donald TRUMP parle de l’Amérique d’abord, notre Chef de l’Etat nous parle de sommets, en laissant des centaines de milliers de togolais dans la misère. Quel vaudeville tragique ! », fustige t-il.

L’homme politique qui s’est démarqué sur la scène politique par son verbe facile reconnait qu’ils n’ont pas « besoin de faire des coalitions avant de travailler ensemble pour briser les chaines de la nouvelle servitude ».

« Oublions un peu nos partis politiques car ce sont des instruments partisans et diviseurs. Entendons-nous pour établir ensemble un ordre social et économique juste dans notre pays. Nous devons œuvrer en synergie et avec un syncrétisme dynamique pour placer la prospérité de notre société dans le bonheur de chacun de ses membres, et sa force dans l’attachement de tous aux lois justes. », propose t-il.

Le président du PRR conclut avec ces mots plein d’espoir : « Il nous faut un grand changement radical. Nous devons prochainement mobiliser ensemble notre peuple pour lui proposer et l’accompagner pour créer une nouvelle gouvernance et engager la réforme entière de notre société. Il nous faudra des coups de génie pour réussir. Avec la foi en Dieu, le courage et la volonté, nous étonnerons le monde et le Togo ne sera plus la dernière tyrannie en Afrique de l’ouest ».

Commentaire d'article

Umalis