Santé

Le saviez-vous ? L’utilisation du glutamate dans la cuisson peut couter la vie

glutamatePour rehausser la saveur et le gout des différents plats de plus en plus d’additifs alimentaires  sont utilisés. Lun d’eux, le glutamate est le plus utilisé dans l’industrie agroalimentaire. Économique et pratique, l’utilisation de cet additif peut cependant causer de graves dommages pour la santé. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par des professionnels de santé.  

Le glutamate se présente sous forme de poudre blanche transparente composée de grains qui s’apparentent aux grains de riz. Une petite quantité et le repas a un gout succulent. Mais attention le bon gout est tronqué contre la bonne santé physique et mentale du consommateur. En effet, une étude réalisée en 1957 a mis en exergue la mauvaise influence du glutamate sur l’organisme humain.

L’étude effectuée sur des souris  a fait observer qu’après les avoir nourries au glutamate, ces souris  présentaient une destruction des neurones dans la couche interne de leur rétine.

Cette étude approfondie cette fois par le Dr Olney révèle d’autres dimensions du danger de la consommation du produit. Selon la récente étude cette toxicité observée ne se limite pas seulement à la rétine de l’œil, mais également à tout le cerveau, et peut causer certaines maladies.

En outre, selon les résultats de l’étude, le cerveau des enfants, en particulier, n’a pas de protection contre le glutamate. Leur développement intellectuel peut être mis en danger par les influx nerveux incessants qui sont provoqués d’une façon désordonnée, en consommant cet exhausteur de goût.

Le glutamate peut également provoquer un empoisonnement à la sérotonine, facteur de déstabilisation du fonctionnement de la peau pouvant donner l’acné, la calvitie et les boutons par excès de sébum.

Par ailleurs, sur les femmes enceintes , des quantités importantes de glutamate peuvent atteindre le cerveau du bébé et provoquer un retard mental.Le glutamate peut aussi aggraver des troubles psychologiques graves tels que la maladie de Parkinson ou encore la maladie d’Alzheimer.

 

Commentaire d'article

Umalis