Politique

Fulbert Attisso : « la création de cette commission est une diversion de plus »

fulbert-attisso

Au « Togo Autrement », la nomination des membres de la commission nationale de réflexion sur les réformes politiques, constitutionnelles et institutionnelles a provoqué des réactions pas très positives. Dans une interview accordée à « Togovision », le président national de ce parti politique se fait le porte-parole de ses militants.

Fulbert Attisso qualifie les 7 membres nommés pour diriger la commission nationale de réflexion sur les réformes de « griots potentiels à la botte du régime ». Il n’accorde pas un brin de confiance à ces personnalités. D’ailleurs, pour lui, la création de cette commission ne présage rien de bon.

« Il suffit de voir les personnes nommées pour diriger cette commission. Ils ne sont pas dignes de confiance. Le ministre Arthème Ahoomey-Zunu est en tête de la liste. Cette personnalité a été Premier ministre pendant plusieurs années, pourquoi pendant qu’il était aux affaires, il n’a pas su faire les réformes ? Aujourd’hui, on le place au sein de cette commission. Ce n’est pas tout, dans cette même commission, figure un ministre indélicat, qui traine des casseroles : ministre Adji Otèth Ayassor. Il y a également certains nombres d’enseignants, membres de cette commission, qui sont proches du parti Unir. Nous connaissons tous leur couleur politique. Nous pouvons dire sans risque de nous fourvoyer que cette commission est à la botte du pouvoir », fustige t-il.

Le président national du parti « Togo Autrement » juge « anormal » le fait que le gouvernement ait de façon unilatérale accouché cette commission pour faire les réformes, « alors que depuis l’APG, on nous a dit que les réformes doivent être faites de manière consensuelle ».

« Nous trouvons désolant que pour créer cette commission, le gouvernement n’a pas contacté le chef de file de l’opposition. Dans un pays normal, le chef de l’Etat avant de créer une telle commission hautement politique, doit prendre attache avec le chef de file de l’opposition pour avoir son avis sur les personnalités à nommer. Ou même lui demander s’il a une liste de personnes à intégrer dans la commission. Mais cela n’a pas été le cas. Maintenant on nous balance une commission avec des personnalités qui sont proches du parti Unir. En tout cas, nous, nous ne faisons aucune confiance à cette commission de réflexion », a indiqué l’homme politique.

Pour Fulbert Attisso, les réformes urgentes formulées par le Haut commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN) doivent être faites à l’Assemblée Nationale.

Commentaire d'article