Sports

« Faisons les comptes après » : quand le patriotisme l’emporte sur la transparence

faisonslescomptes

Plus que quelques jours, et, ce sera la Coupe d’Afrique des Nations 2017 au Gabon. A cette compétition continentale, le Togo doit jouer sa partition. Mais, jusqu’alors une question fondamentale demeure : où trouver l’argent nécessaire pour compléter le budget alloué à cette compétition ? Pendant, que la piste de mobilisation des fonds est envisagée, les activistes togolais lancent une campagne pour réclamer les comptes de la CAN Afrique du Sud 2013 avant une quelconque effraction dans la poche des citoyens.

« Il faut faire l’effort d’oublier les comptes et se pencher sur la CAN 2017. Après, on pourra y revenir », disait M. Augustin Amégan, le chargé de la communication à la Fédération Togolaise de Football (FTF) ce vendredi dans l’émission télévisée Toc Toc sur LCF. Il ajoute : « je comprends qu’il faille qu’on fasse les comptes. Mais là, on doit tous soutenir l’équipe ».

Il n’en fallait pas plus pour enflammer de plus belle la toile avec les positions catégoriques concernant l’importance de faire les comptes pour « déverrouiller » les poches déjà bien trouées de la plupart des citoyens togolais. Est-ce possible de laisser passer encore une deuxième fois l’occasion d’exiger les comptes de la CAN 2013 ?

Les hashtags se créent de jour en jour pour renforcer la position des internautes : #PasUnSeulRondTogolais, #FaisonsLesComptesd’abord. Pour ces deniers, pas de demi-mesure. Ils exigent les comptes de 2013 avant une quelconque aide financière de la population pour la CAN 2017.

Notons que le chef du gouvernement d’alors, M. Arthème Ahoomey-Zunu, qui présidait les commissions mises en place sur décret présidentiel afin de mobiliser les fonds et qui avait promis en cette année « qu’aucun centime ne sera détourné des fonds collectés », ne s’est pas encore lui-même prononcé sur la polémique.

One Comment

Commentaire d'article

Umalis