Education

Grève des enseignants togolais : La STT refait surface et apporte son soutien

nadou-lawson-de-la-stt1Absente sur la scène depuis quelques temps, la Synergie des Travailleurs du Togo , une centrale syndicale des praticiens hospitaliers, des fonctionnaires de l’administration générale et des enseignants, donne à nouveau de ses nouvelles. En conférence de presse ce mardi la STT a interpelé le gouvernement  par rapport à la situation des enseignants et s’est prononcé sur ses activités.

La sortie de la STT était principalement centrée sur l’activité syndicale et ses déboires dans notre pays. Dans une déclaration de circonstance, Nadou Lawson , presidente de la STT et ses collaborateurs se sont d’abord prononcés sur l’actualité de l’heure. Les responsables de la STT ont appelé le gouvernement à ouvrir « dans les plus brefs délais » un cadre de discussion afin, « que dans la sincérité, des solutions durables et consensuelles soient trouvées à tous les problèmes patents de toutes les corporations, tant du public, du privé, du parapublic que de l’informel ».

La STT condamne également l’empêchement dont ont fait l’objet le week-end dernier, les réunions de la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET) dans plusieurs localités, en violation des conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT). Nadou Lawson et les siens  ne voient pas aussi d’un bon œil l’annonce de recrutement de 1.000 enseignants faite dans la foulée des mouvements des enseignants.

« Cette méthode de résolution des conflits sociaux non seulement n’est pas de nature à concilier les points de vue ni les positions des uns et des autres autour des intérêts défendus mais aussi et surtout traduit le mépris des autorités à l’égard des travailleurs et n’augure pas d’un apaisement du front social dont la grogne actuelle des enseignants n’est qu’un signe avant coureur », a indiqué Mme Lawson.

Pour sa part, la STT dit avoir suspendu ses mouvements depuis le 8 avril 2015 pour donner la chance aux discussions de donner des fruits mais le constat est que le ministre de la Fonction publique, du travail et de la réforme administrative, Gilbert Bawara va de « dilatoire en dilatoire » et veut organiser un dialogue social « dit inclusif » en lieu et place d’une table de discussion autour de laquelle les revendications posées par les travailleurs dans leur plateforme de 2013 pourront être soldées.

Pour la STT, les conflits engendrés ces cinq (5) dernières années, sont le fait du non-respect par le gouvernement des engagements pris dans les différents cadres de discussions, au point que les responsables syndicaux qui siègent dans ces différents cadres paraissent aux yeux de leurs mandants, inactifs.

La STT promet toutefois de prendre des résolutions dans les prochains jours  au cas où le gouvernement ne sort pas de son autisme.

Commentaire d'article