Justice

L’UNICEF invite le Togo à revoir la situation du droit des enfants

pour-tous-les-enfants-legalite-ders-chancesLe  Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF) vient de publier ce 12 décembre son rapport 2016 sur la situation des enfants dans le monde, à Lomé.  Du document il ressort essentiellement que les droits des enfants restent bafoués malgré les multiples efforts qui sont faits en matière des droits des enfants. L’organisation recommande donc de promouvoir la santé, l’éducation et la lutte contre la pauvreté, pour donner des chances égales à chaque enfant.

Au Togo, 63% des enfants au cours secondaire vivent en milieu urbain contre 39% en milieu rural, 42% sont des filles et 55,2 des garçons selon des données fournies par le ministère de l’action sociale. Des inégalités entre perceptibles selon  le sexe et le milieu de résidence, note l’instance ministérielle. Des dissimilitudes révélées par l’UNICEF qui n’a pas manqué de faire une recommandation principale à dans son rapport.

Intitulé “l’égalité des chances pour chaque enfant”, le rapport indique que si des actions sont menées de façon efficace dans ces trois domaines, les enfants peuvent avoir les mêmes chances de réussite. « Au-delà des chiffres, il est clair que les inégalités qui persistent mettent en péril la vie de millions d’enfants et constituent une menace pour l’avenir Nous devons accélérer le rythme des actions mises en œuvres pour atteindre ces millions d’enfants défavorisés et vulnérables  n’a pas manqué d’ajouter  Isselmou Boukhari, le représentant résidant de l’UNICEF au Togo.

Exhortation épousée par le ministre de la planification, Kossi Assimaidou qui estime que « La santé, l’éducation et la lutte contre la pauvreté, sont des facteurs sur lesquels il faut agir pour rompre le cycle des disparités ».

En attendant la mise en œuvre de la recommandation de l’Unicef ces statistiques interpellent les autorités du pays à « recadrer les actions et revoir les orientations sur les initiatives à entreprendre en faveur des enfants » selon la ministre de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, Tchabinandi Kolani Yentcharé.

Commentaire d'article

Umalis