Société

PROMOCIV : Les raisons qui ont fait foirer le projet selon Omar Agbangba

promocivLancé en mai 2016,  le projet PROMOCIV, mis en place pour la promotion du civisme au Togo  n’a pas connu de beaux jours devant lui. Une situation qui a suscité beaucoup d’interrogations au sein de la population. En réponse à ces inquiétudes, Omar Agbangba, le Directeur général de l’Agence nationale du volontariat au Togo, s’est prononcé lors d’une intervention sur une chaine privée de  la place. Tout en expliquant que le projet aurait été victime d’ « arnaque », il a présenté ses excuses aux togolais.

« C’est dommage, nous regrettons vraiment cette situation ». Monsieur Saturnin Kokou Zomblewou a abusé de tout le monde »,. C’est en ces termes que Mr Omar Agbangba s’est exprimé pour présenter la situation.Après avoir expliqué que le projet a été victime d’une arnaque orchestrée par son promoteur Kokou Saturnin Zombléwou , le premier responsable de l’ANVT n’a pas manqué de relater les faits qui ont conduit l’ANVT et l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) les deux institutions ayant soutenu le projet, à croire en lui.« Nous avons été saisis par courrier en date du 27 juin dernier du projet PROMOCIV, d’un professeur d’université, grade CAMES, suivi des autorisations des ministères de l’Enseignement supérieur et de la recherche, des Transports et de la Communication avec une coupure de presse en présence de certaines autorités », a-t-il déclaré

« Nous avons été saisis par courrier en date du 27 juin dernier du projet PROMOCIV, d’un professeur d’université, grade CAMES, suivi des autorisations des ministères de l’Enseignement supérieur et de la recherche, des Transports et de la Communication avec une coupure de presse en présence de certaines autorités », a-t-il déclaré

Le projet PROMOCIV qui met l’accent sur l’enseignement de la formation civique et de la prévention routière dans les universités du Togo grâce à des agents formés à cet effet , a enroulé depuis mai 2016 ,160 agents de niveau licence et master. Avant d’être recrutés ces agents ont payé une caution de 50.000 F CFA  pour la minorité et 80.000 F CFA pour la majorité remboursables deux mois après le démarrage du projet .

Des frais qui restent autant que le promoteur du projet introuvables jusqu’à ce jour.

Commentaire d'article