Santé

Grippe aviaire Togo: La situation est sous contrôle !

prega

« Il n’y a aucun danger à consommer de la volaille, la situation est sous contrôle », a rassuré mardi 04 octobre 2016, Dr Komlan Batawui (photo au milieu), le Directeur de l’Elevage au ministère de l’Agriculture, qui précise que les autorités sanitaires sont à pied d’œuvre pour bouter hors du Togo, la grippe aviaire réapparue en aout denier dans deux foyers dans les périphéries de Lomé.

La riposte s’organise donc à tous les niveaux avec l’implication accrue d’une trentaine de professionnels de médias, outillés le même jour sur des stratégies de communication à mettre en œuvre pour sensibiliser les populations contre la grippe aviaire, notamment les éleveurs, les consommateurs et les commerçants du secteur.

Initiée par  l’association « Presse contre la grippe aviaire » (PREGA), la rencontre qui intervient à quelques jours de l’ouverture du Sommet sur la sécurité maritime, a réuni à Lomé une trentaine de journalistes des préfectures du Golfe et Zio autour du thème : « Les médias togolais s’engagent dans la lutte contre l’Epizootie H5N1 ».

« Les deux crisses successives de grippe aviaire de 2007 et 2008  ont occasionné la baisse de la production avicole qui est passée de 14 millions à 8 millions de têtes », a relevé Dr Batawui, à l’ouverture des travaux de cet atelier.

« Dans sa politique de relance de l’agriculture et grâce au projet PNIASA, le Togo est remonté en 18 millions. Mais l’épizootie a connu une résurgence il y a de cela quelques mois. On a perdu 11300 volailles mortes. On a abattu 3030 volailles. On a détruit 2500 œufs de cailles et autres volailles… Il n’y a pas eu de cas humains mais la surveillance se poursuit », a-t-il souligné.

La crise de grippe aviaire est caractérisée par une mortalité massive des volailles. En dehors des volailles, certains mammifères comme le cheval, le chien, le chat, le porc, peuvent également être infectés par la grippe H5N1, lequel se transmet par contamination aérienne et terrestre. Le virus met entre une et deux semaines avant de se déclencher.

Lors de sa communication, Dr Barry Ibrahim, Vétérinaire-Inspecteur à la direction de l’Elevage, a vivement conseillé la population à mettre en « quarantaine » pendant au moins deux semaines une volaille achetée, avant de  l’intégrer à la basse-cour, ou avant de la consommer.

Justifiant la mise à contribution des journalistes dans la lutte contre la l’épizootie, le Coordonnateur PREGA, Ambroise Yawo Kpondzo (photo à gauche) a laissé entendre qu’il s’avère judicieux d’outiller ces derniers sur les origines, les causes et les conséquences de la grippe aviaire, notamment au plan sanitaire et commercial car, soutient-il,  « quand la grippe aviaire décent dans un foyer, c’est le secteur avicole qui en pâtit ».

Dans sa volonté d’accompagner le gouvernement à éradiquer le fléau, la PREGA entend  mener d’autres actions à travers tout le pays à l’instar des émissions radiophoniques et télévisées en langue nationale et locale. Ceci, dans le but de toucher un maximum de personnes à travers une stratégie de communication et de sensibilisation bien définie.

Commentaire d'article